Recherche

The Chikitas - Wrong Hotel

The Chikitas - Wrong Hotel

Aujourd'hui, pas du grindcore, du blast, des hurlements ou des larsens. Non, aujourd'hui, de la « musique ». On m'a contacté pour faire la chronique du dernier Chikitas, groupe de punk rock de Génève, ne connaissant pas j'ai pris , toujours ouvert à de nouvelles choses. Et après plusieurs mois à l'écouter de temps en temps ( études obligent …) , je me suis enfin décidé a en parler ! Bon par contre, mes connaissances en punk rock sont très limitées du fait que j'en écoute très peu. On peut néanmoins déceler quelques influences flagrantes ou au moins, un air de ressemblance avec certains groupes. Le groupe est composé de deux membres , deux femmes, Lynn Maring à la guitare et au chant et Saskia Fuertes à la batterie et aux choeurs ( que serait un groupe de punk rock sans ses choeurs ? ). Le duo sort son troisième album ce 29 avril, l'enregistrement s'est fait dans le studio de Jim Waters (Sonic Youth …) en quelques vingt jours.
On nous promet du rock sans concession et on nous l'offre …. sur un plateau d'argent. En effet, si musicalement la rage se fait ressentir ; la voix même si elle est clair, on sent le grognement pas loin et la gorge qui gratte derrière ; la prod quant à elle, est toute lisse et ne grogne pas … On ne peut pas reprocher à un groupe, surtout de nos jours , de profiter des nouvelles technologies et d'exiger un son précis. Pourtant, sans pour autant avoir un son dégueu qui grésille de partout, on s'attendrait à quelque chose de plus irritant. Le côté primitif du groupe est bien présent. Les morceaux se composent d’éléments rythmiques simples ( sans pour autant tomber dans la facilité) et en soit, c'est pas très compliqué, mais ça marche, les morceaux dégagent tous un fond de violence ( une dose d'engagement aussi d'ailleurs). Tout est donc réuni pour faire un très bon album de punk ( qui est mélangé au grunge aussi en fait ), et c'est là que le son merde. La batterie est en retrait , et il y a un cruel manque de dynamisme ( uniquement dans la production générale hein, parce qu'étrangement, le tout reste quand même dynamique grâce à la musique), et c'est là qu'est le plus gros défaut de l'album, presque le seul au final.
The Chikitas c'est aussi, comme dit plus haut, un engagement, alors , lequel ? Deux femmes qui jouent du punk ? Non ? Rien …. Eh bien, aussi choquant que cela puisse paraître, elles se défendent en tant que femmes, en prouvant aux éventuels réticents qu'on peut faire du punk en étant une lady ( cf Beyond Pink et Last Words, mais c'est un autre niveau de féminisme...) . Sans être non plus des Riot girls bien sûr... C'est donc un album qui parle de la femme forte ( « Hi Lady » pour l'exemple). Ce n'est clairement pas les premiers à le faire, mais, pour ma part, c'est fait différent des autres groupes engagés dans cette voie là. Ce serait plus une vision double de la féminité et sa vulnérabilité face à certaines choses, comme pour le premier morceau ( que je n'apprécie pas du tout pour le rendu musical, désolé les filles … ) où le groupe chante les lamentations d'une femme totalement sous l'emprise d'un homme par amour, le titre « I Wish You Mine » dit tout. Placé ce morceau en premier est peut être aussi un choix délibéré pour marquer un point de départ vers une évolution du personnage qui a l'air de se construire tout au long de l'album ( je n'ai pas analysé toutes les paroles, ce n'est qu'une hypothèse, qui me plait.) et qui fini par devenir libre ( le dernier morceau se nomme « Run Away To Byron Bay », qui se traduit par Fuir vers Byron Bay.
Je me rend compte que je ne vous ai toujours pas cité les groupes présent dans la musique et pourquoi … A la première écoute on pense donc à ces noms ; Bjork, Djerv et Izia. Puis on note la forte présence de la basse, donc on pense au grunge. The Chikitas est un mélange de ces trois groupes. C'est simple, la basse est très présente, le chant est un grognement féminin... espiègle ? Comme Djerv, je ne sais pas comme l'expliquer, mais la fille que tu vas pas emmerder quoi. Toujours ce timbre rageur présent aussi chez Izia. Pour Bjork, peut être le côté punk déjanté. Du tout bon pour moi, une belle découverte que ce « Wrong hotel », qui a pourtant un visuel de groupe pop avec ce peignoir et ce pyjama violet. Un bon choix pour les fans de punk rock sans prise de tête et avec des paroles sensées !

Kant
05.05.2016

Groupe : The Chikitas (Suisse)
Titre : Wrong Hotel
Sortie : 2016
Durée : 00:40:00
Tracklist
1 I Wish You Mine 3:27
2 Hi Lady 3:05
3 Lilith 4:05
4 My Playground 3:05
5 Oh Gredd 4:07
6 Sucker Creep 2:09
7 Like a Cheetah 3:09
8 Watch Yourself 3:41
9 Spin Around You 3:14
10 Wrong Motel 3:04
11 Waraconda 3:04
12 Run Away to Byron Bay 3:41