Recherche

Sonata Arctica + Trick Or Treat - Transbordeur (04.05.2014)

Sonata Arctica + Trick Or Treat - Transbordeur

Ce soir, c’est le zoo au Transbordeur ! Mais hélas, vous ne verrez que deux animaux ! En tête d’affiche le loup, venu du fin fond de l’antarctique, et son bras droit, le lapin venu droit d’Italie ! Qui a dit que Lapin et Loup ne font pas bon ménage ? La preuve ce soir !

J’avoue que pour une fois, je vais à un concert en étant sceptique ! Ni moi, ni les autres (ceux avec qui j'ai discuté en tout cas) ne savions à quoi nous attendre, surtout après la déception de leur concert l’année dernière au même endroit. On croise les doigts et on espère que ça va bien se passer ! Au pire, on s’amusera sous les feux de la première partie.

19h30, ouverture des portes, 30mn pour boire et faire un tour au merch, dans lequel on peut y trouver quelque chose d’assez exotique, un string sur lequel est dessiné un lapin ! Et ce n’est pas celui de playboy, mais la mascotte de TRICK OR TREAT ! Ça, c’est du merch !

Les italiens TRICK OR TREAT ouvrent le concert avec une sacrée présence scénique. Il faut dire que ce groupe a le don de chauffer le public, et ce dès le premier morceau. Du bon power metal qui déchire, qui met le feu sur scène avec une petite touche de parodie. Les mecs font des 360° à chaque début de refrain au cours du troisième morceau, histoire de donner de l’élan à leur musique. Ne sait-on jamais, peut être que ça a vraiment ses vertus !

J’ai quand même détecté un intrus, une anomalie flagrante ! Un bassiste qui a plus de couilles cordes que les guitaristes et plus de charisme (Paul, t’as trouvé le bassiste de tes rêves pour HEAVYLUTION). En tout cas, son fabuleux jeu de basse a rendu les guitares jalouses, surtout lors du premier morceau, qui montait et redescendait dans les gammes, on croirait une alerte à la bombe ! Le plus classe dans l’histoire, c’est qu’il joue avec l’annulaire et le majeur pour bien laisser transparaître le symbole du metal, les cornes du diable, en permanence ! Stylé hein !

Quant au chanteur, il a mené à bien, en plus de sa fonction principale - c'est à dire faire vibrer ses cordes vocales - son autre rôle, qui est d’animer l’audience et de leur faire faire différents mouvements pour l’échauffement : bras, jambes, têtes et chevelures, mais aussi les cordes vocales. C’était en tout cas bien sportif, à se demander s’il a un BTS sport ! Au cinquième morceau, Alessandro (chanteur) nous pose la question de savoir si on voulait entendre une chanson de pop, lumières tamisées du moulin rouge et c’est la fameuse "Voulez-vous coucher avec moi ce soir ?"» qu’ils ont choisi pour nous... Non sans blague, vous y avez cru, hein ! Mais non, ils ont plutôt choisi de jouer la reprise des années 80s de Cyndi Lauper "Girls Just Want To Have Fun", c’était bien épique !

La fin de leur partie était bien épique, le chanteur s’est tellement senti de trop pendant les interminables soli des guitaristes, qu’il a sorti sa guitare gonflable rose et faisait de l’air guitare ! Au moins elle, elle peut faire ce que les deux autres ne peuvent pas : la contorsionniste et sans couiner ! Et dernier joujou, il enfile ses gros gants blancs de Donald assorti au morceau "Like Donald Duck" avec son intro coin coin.
En tout cas superbe première partie !

Setlist :
01 - Prince With a 1000 Enemies
02 - Premonition
03 - Loser Song
04 - Rabbits' Hill
05 - Girls Just Want to Have Fun (Cyndi Lauper cover)
06 - The Tale of Rowsby Woof
07 - Like Donald Duck


Petit instant de répit et pause pipi de 15mn.

Les lumières s’éteignent, et une voix surgissant de nul part (celle de Tony) se met à poser des questions existentielles, la question du soir : "Blablablabla…. I'd given my life to rock'n'roll but I still wasn't sure was there rock'n'roll ? Is it real ?". Et pour ne pas vous spoiler, c’est la fin d’un de leur nouveaux morceaux "X Marks The Spot". Ils vont tenter de répondre à cette question à la fin du show. Mais pour l’instant : musique.

SONATA ARCTICA fait son entrée sur scène avec "The Wolves Die Young", la vedette de leur nouvel album Pariah’s Child et sans doute le meilleur morceau de ce dernier. Les mimes de Tony sont tellement bien faits, que même si un sourd était venu au concert, il aurait tout compris à ce qu’il racontait.
Ça s’enchaine avec le retour aux albums de gloire, avec un sublime "My Land" d’Ecliptica suivi de l’émotif "In The Dark", avec son intro au piano, qui est surtout un morceau où la basse est bien mise en avant. Une occasion pour leur nouveau bassiste Pasi de se montrer. Enfin, il n’a pas besoin de ça pour le faire ! il faut dire qu’il a plus de charisme et de présence sur scène que le précédant ! Et surtout, il est tout le temps souriant.

Ils passent maintenant à un morceau spécial du nouvel album, "What Did You Do in War Dad", une triste histoire qui parle d’enfants dont le père a fait la guerre et qui se fait questionner sur ses crimes... Tony la chante avec une émotion remarquable ! Après tristesse, la joie avec l’incontournable "Fullmoon" issu d’Ecliptica où le clavier est roi. Ah, la belle époque d’Ecliptica !

Retour à la question existentielle du début, à laquelle ils vont tenter de répondre, avec le fameux "X Marks The Spots", bien rock’n’roll et dynamique, où Tony et sa bande se lâchent à fond ! Il faut avouer qu’il rend bien en live ce titre quand même !

Et si on remontait le temps jusqu’en 2009 et ses jours gracieux grâce au titre bien speed "Flag in The Ground" de l’album The Days of Grace, avec ses multiples soli de grattes et clavier. Il ne faut pas oublier de piquer un morceau de Stone Grow Her Name (2012), même s’ils n’ont pas choisi le meilleur (j’aurais préféré "The Day", leur choix se porta sur "I Have the Right", suivi par l’histoire d’amour la plus heureuse qu’ils ont jamais composée dixit Tony en interview, laissant place à la balade qui a fait office d’un single, sortie récemment : "Love". J’observais autour de moi la réaction des gens, qui se regardaient, ne comprenant pas si c’est une intro, un passage ou autre, comme ils ne se sont pas encore familiarisés avec le nouvel album... Eh non, c’est un morceau entier les gens, patience ! J’avoue que c’est le seul morceau inapproprié pour un concert, mais ça tenait à cœur à Tony.

Juste après, ça repart illico avec la crème de la crème, les morceaux qui éveillent les esprits : "Kingdom Of Heart" (merci !), qui n’a pas été joué entièrement du fait de sa longueur, et "Wolf And Raven". Le groupe se repose avec "Blood" extrait de Pariah’s Child, plus posé... pour se préparer à accélérer sur un virage à pleine vitesse, le vieux "San Sebastian".

Tony prend le micro et se met à parler (j’ai oublié tout ce qu’il a dit), mais s’est arrêté en disant qu’il est temps qu’il se la ferme en annonçant le prochain shut up, "Don’t Say A Word". En voilà une bonne fin avec leur célèbre outro "Vodka".

On ne pensait pas que c’était vraiment la fin, car il n’était que 22h30 (SONATA aurait joué moins de 1h30 finalement) et qu’il n’y aurait pas eu de rappel, vu qu’ils avaient jeté leurs gadgets au public.

Et enfin vint la réponse à la question existentielle : "Do you believe in Rock’n’Roll , does it really exist ?" , Le public répond à fond : "yes !". Et la voix doublée de Tony affirme qu’il existe bel et bien ! Cette même voix annonce à l’audience pour éviter le rappel, que les SONATA sont bien partis mais sont quelque part dans les bâtiments.

Voilà cher public, vous vouliez du SONATA ARCTICA old school, vous avez été plutôt bien servis. Tout est bien qui finit bien, on aura tous passé une bonne soirée, loin d’être une déception comme certains se l’imaginaient peut-être ! Nous avons eu le droit à une setlist très bien choisie et appropriée par rapport à celle de l’année dernière en tout cas, et surtout, ils ont sélectionné les meilleurs morceaux du nouvel album!

Faits marquants :
- Un Tony très émotif, immergé dans ses chansons cœur et âme, c’était remarquable !
- Une fille en larmes qui se fait récupérer du premier rang par la sécurité car elle n’arrivait pas à respirer (ou à contenir ses émotions), j’ignore ce qui s’est réellement passé.
- Une hystérique qui m’a tapé sur les nerfs et a failli m’abimer les tympans en criant dans les plus aigus possible comme une souris cocaïnomane gonflée à l’hélium...
- Et enfin la superbe rencontre avec le groupe SCEANREEL de metal cinématique made in Lyon dans le bus de retour après LE concert, super cool les gars (clin d’œil).
- Tony était la personne qui a headbangué le plus dans la salle pendant la partie SONATA ARCTICA.
- SONATA ARCTICA a demandé des royal burgers au cuisto pour l'after show (parce que ça doit être un plat inédit et pas commun chez eux).
- Le loup n’était pas dessiné en soie sur le fond de scène en décor, mais seule sa forme transparente se laisser entrevoir dans le paysage.

Setlist SONATA ARCTICA :
01 - The Wolves Die Young
02 - Losing My Insanity
03 - My Land
04 - In the Dark
05 - What Did You Do in the War, Dad?
06 - FullMoon
07 - X Marks the Spot
08 - Flag in the Ground
09 - White Pearl, Black Oceans...
10 - I Have a Right
11 - Love
12 - Kingdom for a Heart
13 - Wolf & Raven
14 - Blood
15 - San Sebastian
16- Don't Say a Word
Vodka outro


Je remercie Nuclear Blast pour l’invitation, ainsi que les organisateurs du concert mais surtout les deux super groupes pour cette soirée inoubliable.
Retrouvez prochainement l'interview de Tony et Pasi dans la rubrique dédiée.

Video Youtube



Video Youtube

Bloodybarbie
16.05.2014

Evènement : Sonata Arctica + Trick Or Treat
Libellé : Transbordeur
Photos : 0